Accueil » Après Buea, des pensionnaires du camp DDR se déchaînent à Bamenda à cause des «promesses non tenues» du gouvernement

Après Buea, des pensionnaires du camp DDR se déchaînent à Bamenda à cause des «promesses non tenues» du gouvernement

by Theophile
Des pensionnaires du camp DDR dans la rue

Les ex-combattants séparatistes logés au Centre de Désarmement, Démobilisation et Réintégration, DDR de Bamenda ont défilé au bureau du Gouverneur de la Région du Nord-Ouest , Lele Lafrique Tchoffo Deben Adolphe le lundi 15 février 2021, pour rappeler au gouvernement ses promesses non tenues.”Amba doit obéir au gouvernement … si vous voulez me tuer, allez-y. Mais je ne fuirai jamais ce pays“, ont chanté les ex-combattants en agitant le drapeau camerounais alors qu’ils marchaient vers le bureau du gouverneur.

Les anciens combattants ont déclaré au gouverneur que le gouvernement n’avait pas encore tenu certaines des promesses alléchantes qui leur avaient fait abandonner leurs armes.

En plus de demander au gouvernement d’améliorer leurs conditions de vie, les manifestants ont demandé qu’on leur remette des cartes d’identité qui prouvent qu’ils sont des combattants repentis. Ils ont également demandé au gouvernement de leur verser une allocation qui leur permettrait de subvenir à certains de leurs besoins quotidiens.

«Nous voulons également que le gouvernement publie un calendrier clair pour ceux qui ont été désarmés. Nous devons savoir combien de temps nous devons rester dans le centre DDR avant de pouvoir être réintégrés dans la société. Certains d’entre nous sont ici depuis trop longtemps », a déclaré l’un des ex-combattants.

Le gouverneur Lele Lafrique Tchoffo Deben Adolphe a demandé aux manifestants de mettre leurs revendications par écrit. Il a promis de leur rendre visite dans leur centre mercredi.

La grève de ce lundi est le deuxième mouvement d’humeur enregistré dans les centres DDR situés dans les régions anglophones du pays. Pour des motifs quasi similaires, le 1er février 2021 dernier, des pensionnaires du DDR ont bloqué la circulation sur la route qui relie Bokwango à Long Street à Buea .

LIRE  « Je suis très fort aux fesses » le ministre Jean De Dieu Momo provoque la toile avec une déclaration controversée

Le 2 février 2021, Sixtus Gabsa, directeur du Bamenda DDR Center a organisé une conférence de presse dans le but d’éviter une manifestation similaire dans son centre.

«D‘autres métiers vont être introduits dans les jours à venir, comme la cuisine, la réparation de chaussures, etc. Nous avons l’intention de renforcer les compétences professionnelles de nos ex-combattants et de les réintégrer éventuellement en leur donnant des ressources financières pour s’établir seuls et même créer plus d’emplois pour les autres », a déclaré Gabsa. «Outre la compétence professionnelle, nous leur apportons une assistance en fonction de la nature de leurs problèmes lorsqu’ils nous les présentent

«Ce centre n’est pas au paradis, ni une église. Donc, nous ne nous attendons pas à avoir seulement un lit de roses dans ce centre. Nous avons également des problèmes qui surgissent. Nous avons des problèmes de temps en temps, mais nous apportons des solutions à ces problèmes. Parce que nos ex-combattants sont, ce qu’ils sont et qu’ils ont parfois des problèmes, qui surviennent, et nous les traitons en conséquence », a déclaré Sixtus Gabsa.

C’est en 2018 que le locataire d’Etoudi, le palais de peuple camerounais avait créé le Comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration (CNDDR). L’initiative est de donner une seconde chance aux jeunes enrôlés par les séparatistes. Une fois qu’ils déposent les armes, les ex-combattants ont la possibilité de réintégrer dans la société à travers des formations professionnelles et le petit commerce.

D’après le coordonnateur du CNDDR Faï Yengo Francis, le CNDDR comptait en novembre 2020, 500 ex-combattants. Notamment de Boko Haram et anciens membres de milices séparatistes en cours de réinsertion.

LIRE  Sanction: Le Cameroun suspendu temporairement de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE)

 

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment