Accueil » André Onana : «Comment dire à mes parents que j’ai été contrôlé positif au dopage alors que je n’ai jamais fumé ni bu»

André Onana : «Comment dire à mes parents que j’ai été contrôlé positif au dopage alors que je n’ai jamais fumé ni bu»

by Theophile
André Onana

Le gardien de but de l’Ajax, André Onana continue de clamer haut et fort qu’il ne s’est jamais dopé.

Sans nul doute, André Onana n’a pas encore mis aux oubliettes, cette accusation de dopage qui lui a valu une suspension de neuf mois de la part de l’Uefa. Récemment sur RMC il a indiqué une énième qu’il avait pris une pilule pour rétention d’eau. De retour avec l’Ajax depuis début novembre, le natif de Nkol-Ngok est revenu de long en large sur cette période difficile dans un entretien accordé à Marca que camerounactuonline.com vous propose ci-dessous en intégralité.

Tu es de retour à l’Ajax, 297 jours plus tard ! Comment se sens-tu ?

Je me sens bien. Je suis heureux de me sentir à nouveau comme un footballeur et je suis très excité. Ce qui ne te tue pas te rend plus fort.

Revenons à octobre 2020. Que s’est-il passé ?

Nous venions de jouer avec l’Atalanta et avions fait match nul (2-2) dans un match très intense. Nous sommes arrivés aux premières heures du matin et je me suis réveillé avec un mal de tête. Je suis allé prendre un médicament qui m’avait été prescrit (Litacol), mais ma femme, qui venait d’accoucher, avait une pilule similaire (Lasimac) qui est utilisée pour la rétention d’eau et je l’ai prise par accident. Ce jour-là, j’ai été le premier à prendre le contrôle antidopage et à rentrer chez moi. Lorsqu’un mois plus tard, alors que j’étais au Cameroun, on m’a dit que le test était positif, j’ai dit au médecin : « Vous avez dû faire une erreur. J’ai fait plus de 23 tests dans ma carrière ». Quand il m’a dit que j’avais été testé positif au furosémide, j’ai dit : « Qu’est-ce que c’est ? C’est ma femme qui m’a dit : « André, ce sont les pilules que le médecin a prescrites ». Je suis allé prendre un médicament qui m’avait été prescrit (Litacol), mais ma femme avait une pilule similaire (Lasimac) qui est utilisée pour la rétention d’eau et je l’ai prise par accident.

Qu’a-t-elle pensé alors ?

Bon sang, tu t’es mis dans un sacré pétrin pour une erreur stupide’. L’UEFA a reconnu qu’il s’agissait d’une erreur involontaire, que cette pilule ne vous aide pas à améliorer vos performances. Le football et la vie ne sont pas faciles. Ces erreurs sont punies et j’ai dû en payer le prix. On apprend de tout. Je suis heureux d’être de retour et je tiens à avertir les sportifs d’élite de faire attention, car les erreurs ne sont pas acceptées dans notre travail. Vous êtes responsable de tout ce qui entre dans votre corps. Si vous buvez de l’eau contaminée, c’est votre faute. C’est difficile, mais c’est la loi et je devais purger ma peine.

L’UEFA a reconnu que c’était une erreur involontaire, que la pilule ne vous aide pas à améliorer vos performances, mais dans notre métier, nous n’acceptons pas les erreurs… et j’ai dû purger ma peine.

Vous insistez sur le fait que vous avez été testé positif… mais vous ne vous êtes pas dopé.

C’est vrai, j’étais au sommet de ma carrière ! J’avais été élu quatre fois meilleur gardien de l’Eredivisie, j’étais parmi les meilleurs au monde… S’améliorer, pour quoi faire ? Pour être le meilleur de la planète ? J’étais au meilleur moment de ma carrière ! Je n’avais pas besoin de prendre quoi que ce soit. Pour s’améliorer, pour quoi faire ? Pour être le meilleur de la planète ?

Le TAS a admis que tu n’avais commis « aucune faute significative » et a réduit ta sanction de 12 à 9 mois. Tu penses que c’est encore excessif ?

J’ai pensé que c’était scandaleux. Un gardien de but ne court pas, je dois m’arrêter, et j’ai été testé positif à une pilule de perte de poids alors que je n’avais pas de liquide à retenir. Le TAS a réduit la sanction parce qu’il s’est rendu compte qu’elle était un peu injuste. C’était trop de temps pour une pilule qui ne fait rien. Le TAS a réduit la sanction parce qu’il s’est rendu compte qu’elle était un peu injuste. C’était trop de temps pour une pilule qui n’apporte rien.

Comment ont été ces neuf mois sans pouvoir jouer ou s’entraîner avec tes coéquipiers ?

Je n’ai pu m’entraîner avec aucun coach qualifié ! J’ai dû survivre, endurer et m’entraîner par moi-même. J’ai dû constituer une équipe solide de 17 personnes pour redevenir le gardien de but que j’étais : préparateur physique, entraîneur des gardiens, psychologue ? Cela n’a pas été facile, mais grâce à Dieu et à eux, nous y sommes parvenus.

Comment faire face à un tel « coup » d’un point de vue psychologique ?

C’est incroyable comme une pilule de 40 milligrammes peut détruire votre vie, votre carrière, ternir votre image ? Psychologiquement, c’est très dur. J’ai pensé : « Comment puis-je dire à mes parents que j’ai été contrôlé positif au dopage alors que je n’ai jamais fumé ni bu de ma vie ? Les gens parlent de dopage, mais ce que j’ai pris, j’insiste, était une pilule pour la rétention d’eau. J’ai fait une erreur humaine… ? C’était si dur que parfois je doutais même de moi-même. J’ai vu tout ce qui est sorti dans la presse et j’ai pensé : « Serais-je un drogué ? Vous en tirez des leçons et cela vous rend plus fort. Vous réalisez qu’il n’y a pas d’humanité dans le football. Pour certaines personnes, nous sommes des robots et nous n’avons pas le droit d’échouer. C’est incroyable de voir comment, pour une pilule de 40 milligrammes, on peut détruire sa vie… C’était si dur que parfois, je doutais même de moi-même et me disais : « Serais-je un toxicomane ? Il n’y a pas d’humanité dans le football

Le 13 novembre, tu es finalement revenu jouer pour le Cameroun.

Rejouer, c’était comme renaître. Au Cameroun, ils m’ont soutenu dès la première minute et quand je suis revenu, je ne m’attendais pas à jouer, mais l’entraîneur m’a dit : « André, tu es mon guerrier et je sais que tu vas me qualifier [pour le troisième tour de la Coupe du monde en Afrique]. Je me suis dit : « Wow, je n’ai pas joué depuis neuf mois ! J’espère que je pourrai lui rendre la confiance qu’il me donne ». Ça a bien marché.

Vous êtes également de retour à l’Ajax… mais pour l’instant vous êtes la doublure de Pasveer. Comment vivez-vous ce nouveau rôle ?

Je reviens d’une année difficile et je suis là pour aider l’équipe de toutes les manières possibles. Se sentir à nouveau comme un footballeur d’élite est la meilleure chose qui soit. Si je finis par jouer, c’est parfait ; sinon, je serai un soutien et je donnerai le meilleur de moi-même. Pasveer est un excellent coéquipier et un ami, nous nous entendons très bien et je profite vraiment du quotidien, il m’a manqué. Se sentir à nouveau comme un footballeur d’élite est le meilleur, c’est tout ce que je voulais.

L’Ajax est qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions avec un total de points, 20 buts marqués et 5 encaissés. Je ne sais pas si ça fait trop prétentieux ? Pouvez-vous rêver de le gagner ?

Nous devons croire en cet Ajax, nous sommes capables de gagner la Ligue des champions. Je ne sais pas [rires]. Je l’apprécie autant que j’ai apprécié le dernier. Nous avons eu un très bon groupe pendant 4-5 ans. Des comparaisons seront faites lorsque le cours sera terminé. C’est trop tôt maintenant. Il y a un long chemin à parcourir. En 2019, nous avons écrit l’histoire et cette année, nous pouvons le faire à nouveau.

LIRE  Anglophone crisis: Several students injured after a bomb exploded in an Amphitheater at the University of Buea

Changeons de sujet. Votre contrat expire en juin, vous n’avez pas renouvelé votre contrat avec l’Ajax et on parle beaucoup de l’Inter. Où se situe votre avenir ?

Aujourd’hui, après presque sept ans, je pense qu’il est temps de faire un pas en avant, de partir et de laisser la place aux autres. L’Ajax donne toujours des opportunités aux jeunes joueurs et il y a beaucoup de gardiens de but dans l’académie des jeunes qui attendent cette chance. Je dois partir. Où, je ne sais pas, mais j’ai besoin de quelque chose de nouveau pour me mesurer aux meilleurs gardiens de but. Aujourd’hui, après presque sept ans, je pense qu’il est temps de faire un pas en avant, de partir et de faire de la place aux autres. Où, je ne sais pas, mais j’ai besoin de quelque chose de nouveau pour me mesurer aux meilleurs gardiens de but.

Il y a la Coupe d’Afrique au Cameroun en 2022, qu’attendez-vous ?

Le fait d’être un hôte est un plus. Mon pays est comme l’Allemagne. Nous avons une mentalité de gagnant. Nous jouons dans nos propres stades et la Coupe doit être la nôtre.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment