Accueil » Politique » Afrique du Sud : l’opposition veut briser la majorité de l’ANC

Afrique du Sud : l’opposition veut briser la majorité de l’ANC

by Theophile
Militants Congrès national africain

Le principal dirigeant de l’opposition sud-africaine a déclaré vendredi matin que briser la majorité du Congrès national africain était « le moyen de sauver l’Afrique du Sud », alors que 60% des votes ont été comptés, le parti au pouvoir de longue date, l’ANC, ne détenant qu’un peu moins de 42%.

Si les résultats partiels des élections de cette semaine en Afrique du Sud maintiennent le cap, les mains libres dont jouit le Congrès national africain (ANC) sur la scène politique nationale depuis 30 ans pourraient bien prendre fin. La commission électorale du pays a sept jours pour proclamer les résultats complets du vote de mercredi, mais les premiers résultats suggèrent que le parti de Nelson Mandela, arrivé au pouvoir en 1994 après la fin de l’apartheid, pourrait être sur le point de perdre sa majorité parlementaire pour la première fois.

Avec seulement 20 pour cent des voix déclarées, les agences de presse rapportaient que le soutien à l’ANC se situait entre 42 et 45 pour cent. Leur plus proche adversaire, l’Alliance démocratique, favorable aux entreprises, aurait recueilli environ 25 pour cent de soutien. Si les prédictions se confirment, l’ANC obtiendra toujours le plus grand nombre de sièges, mais devra probablement, pour la première fois, rechercher des partenaires de coalition pour gouverner, signalant un changement majeur dans la politique sud-africaine.

Il y avait plus de 27 millions d’électeurs inscrits dans ce pays de quelque 62 millions d’habitants et 70 partis politiques étaient en lice lors de ces élections. La CEI a déclaré mercredi soir que cette élection avait enregistré un taux de participation énorme par rapport aux élections générales de 2019. Les Sud-Africains ont voté pour les législateurs des législatures provinciales et 400 membres du Parlement, connu sous le nom d’Assemblée nationale. Le vote se fait au niveau des partis et les partis obtiennent des sièges au parlement. Les législateurs éliront ensuite le président, ce qui signifie que le parti qui remportera les élections obtiendra le pouvoir ultime dans le pays.

LIRE  Cameroun-Recouvrement des recettes : conflit entre collectivités territoriales décentralisées dans le Wouri

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment