Accueil » Economie » Affaire Savannah Energy : la guerre féroce entre le clan Moudiki et le clan Ferdinand Ngoh Ngoh autour du pétrole tchadien

Affaire Savannah Energy : la guerre féroce entre le clan Moudiki et le clan Ferdinand Ngoh Ngoh autour du pétrole tchadien

by Theophile
Siège SNH Yaoundé

Dans la décision de la Commission de la Cemac portant autorisation de l’acquisition des actifs de Petronas Carigali Chad exploration & Production Inc par la Société des hydrocarbures du Tchad (SHT), rendue le 15 mai 2023, après avis conforme de la Commission de la concurrence communautaire, le nom de Savannah ni celui d’Esso n’apparaît nulle part dans la géographie du capital.

« Au terme de l’assemblée générale de l’entreprise qui assure la gestion de l’oléoduc Tchad-Cameroun tenue à Paris le 24 mai 2023, la révocation totale avec effet immédiat de tous les administrateurs représentant Esso Pipeline Investments Limited ainsi que de son directeur général a été adoptée. Savannah Energy avait racheté les parts d’ExxonMobil sur les champs de Doba et le pipeline d’exportation via Cotco et Totco (sur le territoire tchadien) en décembre 2022 », soutient le journal français Africa Intelligence.

Dans une lettre adressée le 2 juin 2023, et révélé par Africa Intelligence, Adolphe Moudiki demande au ministre tchadien du pétrole Djerassem Le Bemadjiel de lui faire parvenir, en qualité d’actionnaire de la société Cotco, « les résolutions par écrits, ainsi que la convocation à cette AG et enfin la résolution du conseil d’administration approuvant l’ordre du jour« .

Selon le patron de la SNH, sa firme n’a participé à aucune AG à Paris à la date citée et n’a pas reçu la moindre convocation. L’administrateur général de la SNH poursuit en soulignant que « dans ces conditions, au cas où une telle assemblée générale se serait tenue, les résolutions en découlant apparaissent irrégulières, car contraires aux règles statutaires de Cotco sur la convocation et la tenue des assemblées générales » ».

LIRE  Affaire Savannah Energy et accusations contre Franck Biya : la sortie du cabinet civil de la présidence de la République demandée

Adolphe Moudiki rappelle également que l’Etat tchadien s’était engagé au « maintien au CA de la représentation des actionnaires de Cotco, la limitation à quatre du nombre d’administrateurs tchadiens, dans le CA, de la rétrocession, à la SNH, d’une partie des actions de Cotco, et ne pas faire inscrire à l’ordre du jour des assemblées générales ordinaires des projets de résolutions qui portent, entre autres, sur la nomination des dirigeants de Cotco, autres que les administrateurs tchadiens« .

Le problème d’Adolphe Moudiki c’est qu’ils ont déboursé 24 milliards FCFA pour rachète 10% des parts de Savanah en avril 2023 sans consulter les tchadiens qui avaient rappeller leur ambassadeur. L’exclusion de Savanah du CA le 24 mai rend ce deal caduque et les intérêts mafieux qui vont avec. Nul doute que si la situation persiste l’on assistera à une montée des tensions entre les deux pays. Sauf que cette fois ci le gouvernement camerounais est divisé. Ferdinand Ngoh Ngoh, Le secrétaire général de la présidence de la République, s’oppose à la démarche du clan Moudiki. La représentante du gouvernement au Conseil D’administration du 24 mai, Judith Menguele a soutenu la position tchadienne.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment