Accueil » Affaire Camus Mimb: Les avocats de Malicka Bayemi déposent sa plainte au TPI de Douala-Bonanjo

Affaire Camus Mimb: Les avocats de Malicka Bayemi déposent sa plainte au TPI de Douala-Bonanjo

by Theophile
Les avocats de Malicka Bayemi face à la presse le 24 Juin 2021

Le collectif de sept avocats de la jeune fille a déposé une citation directe contre le journaliste le 24 juin 2021 au Tribunal de première instance (Tpi) de Douala-Bonanjo.

Le scandale de la sextape tournée dans le bureau de Martin Camus Mimb et dévoilée sur la toile, est entrain de prendre une dimension judiciaire. Le collectif d’avocats Universal Lawyers and human rights defence chargé de défendre la jeune fille a déposé plainte le 24 Juin 2021 au Tribunal de Première Instance de Douala-Bonanjo. C’est une citation directe  contre des personnes suspectées d’être impliquées dans la diffusion sur Internet de vidéos et de photos montrant souvent la jeune fille en pleine relations sexuelles.   

« Le choix de la citation directe tient dans le souci de notre organisation de voir l’instruction de cette affaire être menée sereinement surtout qu’il n’a échappé à personne ces deux derniers jours, qu’une autorité de qui a minima le silence était attendu, s’est empressée de prendre faits et causes pour une des personnes poursuivies suggérant même de façon explicite que pour les faits tels que délivrés à l’opinion, aucune infraction ne pouvait être retenue », explique le groupe d’avocats que dirige Me Dominique Nicole Fousse.

« Nous avons le devoir de vous informer que suite aux publications d’images indécentes et humiliantes de notre cliente dame Malicka Bayemi, aux dénégations tendant à faire croire qu’elle serait une inconnue d’une part, d’autre part qu’elle serait membre d’une organisation visant à détruire la notoriété d’une personnalité de la République, nous venons de saisir ce jour le tribunal de première instance de Douala-Bonanjo, d’une citation directe contre les personnes suspectées d’être impliquées », a souligné Me Nwayim Augustine, porte-parole du collectif.

LIRE  CANAL PRESSE du 26/12/2021

 « Nous travaillerons à ce que la vérité soit dite dans le respect des principes d’équité. Le choix de la citation directe tient dans le souci de notre organisation de voir l’instruction de cette affaire être menée sereinement, surtout qu’il n’a échappé à personne ces deux derniers jours qu’une autorité de qui à minima le silence était attendu de lui, s’est empressé de prendre faits et causes pour une des personnes poursuivies, suggérant même de façon explicite pour les faits tels que délivrés à l’opinion, qu’aucune infraction ne pouvait être retenue », a-t-elle poursuivi. 

Le collectif d’avocats Universal Lawyers and human rights defence est  constitué de Mes Dominique Fousse, Guy Olivier Moteng, Géorgie Massi Ngakele, Arlete Nwayin, Nadine Yanou et  Albert Oyié. Selon des sources, la ligne de défense choisie est l’atteinte à l’image de la jeune fille. Une infraction contenue dans la loi sur la cyber-sécurité et la cyber-criminalité punie d’une peine d’un à deux ans de prison assortie d’une amende allant de 1 à 5 millions de F CFA.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment